Maman « Tire-Allaitante »

C’est comme ça que ma appelé la pédiatre de ma fille, lorsque je lui ai expliqué que j’avais décidé d’arrêter l’allaitement classique pour tirer mon lait et le donner ensuite au biberon.

Très bien ça me va!

Tout ce que je voulais, c’était arrêter l’allaitement dit « normal »!

Comme je l’ai expliqué dans un précédent post, je n’avais pas prévu de faire de mon allaitement un combat personnel, et pourtant c’est ce qui s’est passé…

Je ne sais pas pourquoi, il s’est gravé dans mon esprit que si je devais donner du lait artificiel à mon bébé, j’allais l’empoisonner…

Mais si je vous dis ça, c’est par ce que je le pensais vraiment!

Je pensais vraiment que mon bébé, sans lait maternel, pourrait mourir d’un simple rhum ou autres, comme si mon lait avait des pouvoirs magiques qui pourraient le protéger de toutes les maladies extérieures…

 

 

Est-ce que je devais tout ça à la pression extérieure, ou juste à une psychose de maman due à l’inconnu? Je me pose encore la question de temps en temps, pourquoi j’en suis venu à mener ce combat? Je souhaite vraiment vivre les choses différemment pour le deuxième enfant et profiter de ces moments-là et surtout prendre la décision qu’il me faut, et qu’il lui faut!

Dans les faits, j’ai tout de suite mis mon bébé au sein dès l’accouchement.

Elle a tout de suite su téter « comme une grande » et elle a repris du poids très rapidement, c’était parfait, j’étais très contente et fière de moi et nous sommes tous les trois sortis de la maternité serein.

Puis j’ai commencé à me sentir très affaibli, j’étais extrêmement fatigué.

Jusque-là je me suis dit « ressaisi toi clarys, avec le nombre de maman qui allaite tu crois être la seule à être fatigué! Il faut prendre sur toi! »

Et puis j’ai commencé à perdre du poids, beaucoup de poids… j’ai perdu quinze kilos en trois semaines, je faisais vertige sur vertige, et je me sentais de plus en plus affaibli…

À rajouter à cela, les crevasses, et j’avais un cocktail parfait pour craquer!

J’ai tenu bon jusqu’à deux mois d’allaitement et puis j’ai dit STOP!

Je me nourrissais bien, je buvais énormément, je prenais des tisanes de fenouil six fois par jour et pourtant, panne de lait! 

En pleine nuit évidemment, et un bébé de deux mois ben ça mange encore toutes les deux heures…

Je pense que la fatigue, le stress ont eu raison de mon allaitement dis « classique » !

 

 

Et pourtant je ne m’avoue pas vaincu, je me dis que je vais louer un tire-lait et tirer mon lait pour le donner au biberon à ma fille. Ça a l’air simple comme ça, mais en fait il y a une certaine logistique à mettre en place!

Ci- dessous je vous donne l’exemple de mon organisation et de mon expérience qui pourra peut-être aider l’une d’entre vous je l’espère, je ne suis pas médecin je ne donne que des conseils.

Déja trouver le bon tire-lait – par ce que je suis tombé sur des médecins qui m’ont dit « mais madame n’importe quel tire-lait fera l’affaire allons » – pas du tout! 

Il y en a qui sont plus violents que d’autres, j’en ai testé trois le Tigex, le Medela Symphony et le Manuel de Avent.

Pour mon expérience, le Tigex a été vraiment trop violent pour moi, expression très forte et mais une sensation douloureuse de papier ponce et puis il est très bruyant!

Puis je suis passé au Medela Symphony, qui a été très bien, beaucoup moins violant mais alors expression moins forte – forcément- et beaucoup moins bruyant! 

Entre-temps, j’avais essayé aussi un tire-lait manuel, de Avent et là pour le coup c’était un vrai coup de coeur, car très facile à nettoyer, compact, aucun bruit – on peut tirer le lait avec bébé a coté sans le réveillé – une expression très forte mais sans douleur, et puis le fait de tirer le lait directement dans le biberon c’est vraiment top car pas besoin de transférer le lait ensuite.

 

 

Mon bilan tire-lait :

Au point de vue électrique je retiens le Medela Symphony et je pense que si c’était à refaire je referais exactement pareil, c’est-à-dire que je louerais le Medela que je laisserais à la maison et j’achèterais le Manuel de Avent pour les déplacements.

Les débuts de mamans sont déjà difficile aux niveaux sociabilité, donc si on ne sort plus de chez soi après pour pouvoir tirer son lait à la maison, c’est la dépression assurée!

Car ce qu’il faut savoir surtout lorsque l’on commence le tire-allaitement c’est que l’on doit absolument tirer son lait à heure fixe! 

Ça veut dire que si vous avez une montée à 14h, vous tirez pas à 14h30, vous devez tirer à 14H…

Bien sur que si cela vous arrive une fois exceptionnellement ça n’aura pas d’incidence, mais si ça arrive régulièrement vous risquez d’avoir une diminution de votre lactation.

Le corps a une mémoire et si vous décalez trop souvent les heures de tirés, c’est comme si vous disiez à votre corps que le bébé avait besoin de lait plus tard et puis plus tôt … il ne s’en sort plus et finit par vous donner une quantité de lait moindre.

C’est ce qui m’est arrivée et j’ai dû augmenter de deux tirés supplémentaires pour relancer ma lactation.

Devenir maman Tire-allaitante c’est une sacrée organisation, mais si c’était à refaire je recommence demain. 

Lorsque l’on commence, il faut aussi savoir que si par exemple votre bébé tète huit fois par jour il va falloir que vous tiriez neuf voire dix fois par jour.

Pourquoi? par ce que la nature est bien faite.

Votre bébé à une succion très forte et inimitable quelle que soit la machine que vous allez utiliser.

Le tire-Lait électrique va donc tirer moins fort et va donc envoyer comme signal à votre corps que bébé tété moins. Donc votre corps va donner moins de lait et vous ne pourrez pas nourrir exclusivement votre bébé au lait maternel si tel est votre souhait.

Ce que j’ai fait aussi au début, c’est tenir un carnet avec deux parties.

La première partie concernait les tirés avec le jour, les heures, et les quantités en ml.

La deuxième partie concernait les tétés avec le jour, les heures et les quantités bues en mililitres.

Pourquoi?

Par ce que ça me permettait de voir une évolution au niveau du tirage, je voyais bien que j’arrivais à tirer plus de lait chaque jour et ça me motivait énormément! Et les quantités bues par bébé étaient très importantes car ça me permettait de constater à quel moment les besoins de ma fille diminué, et si ses besoins diminuaient ça voulait dire que je pouvais diminuer d’une tiré.

Voilà, pour ma petite histoire et la mise en place du tire-allaitement.

Je vous ferais un article très bientôt sur mes débuts de maman Tire-Allaitante, le nombre de tirée que j’ai installé et le temps qu’a duré cette expérience!

Laisser un commentaire