« Tu vas l’allaiter? »

Cette question, je l’ai entendue tout au long de ma grossesse et après l’accouchement par ma gynécologue, ma sage femme, ma pédiatre, ma famille, ainsi que ma belle-famille, ma généraliste, mes amis, des gens que je ne connaissais même pas …

Sans m’être posée trop de questions je voulais allaiter mon bébé parce que je pensais que c’était  « naturel », mais je n’ai jamais décidé dans faire un combat personnel, du moins c’est ce que je pensais …

Et puis notre fille est née, un bébé magnifique (c’est normal c’est la mienne donc c’est la plus belle) et je l’ai tout de suite mise au sein (on me l’avait préconisé pour favoriser la lactation).

J’ai adoré ce moment partagé avec ma fille, qui a duré deux heures en salle d’accouchement !

Les deux premiers jours se sont très bien passés et puis les fameuses CREVASSES sont arrivées ! Mon gentil mari est vite parti m’acheter LA super crème – ou pas –  Vea Olio..

Alors c’est une très bonne crème, je l’applique sur le visage de bébé lorsqu’elle se griffe ou sur ses lèvres lorsqu’elles ont commencé à gercer (bébé d’hiver) : très efficace !

Mais alors pour MES crevasses…  ça ne m’a pas aidé du tout …

Les jours ont passé et je vous passe les détails mais les crevasses se sont aggravées…

J’ai essayé toutes les crèmes du marché (Gilbert, Castor-equi, Lanolin, …) rien n’y a fait.

Ma fille est née comme on dit en « beau bébé » 3,500KG à la naissance avec quinze jours d’avance (initialement prévu à 4,2kg :s Aïïïe..!) donc, bien tonique, avec une très bonne succion et un très grand appétit, il fallait que je fasse avec – ou pas !

Au bout d’un mois et demi d’allaitement, je ne pouvais plus continuer comme ça et les douleurs étaient tellement intenses que la raison prit le dessus. J’ai dû donc faire face à deux pannes de lait – la nuit évidement – pendant lesquelles je n’ai pas pu nourrir ma fille – qui voulait manger toutes les deux heures !

Mon mari est donc parti acheter une boite de Lait Artificiel BabyBio et c’est là que LE combat personnel a commencé…

Je culpabilisais tellement de donner du lait en poudre à mon bébé, que j’en pleurais à chaque biberon…  Parce que à ce moment, tout le monde viens te dire que « Le Lait Artificiel c’est SATAN ! ». TOI tu es complètement chamboulée par les hormones, et même si tu as grandi au lait artificiel, tu penses empoisonner ton enfant …!

Alors je vous passe :

  • les rendez-vous chez la pédiatre qui vous demande systématiquement si vous l’allaitez toujours, en vous expliquant que c’est tout ce qu’il y a de plus naturel, qu’il faut continuer, que les douleurs vont passer… OUI MAIS J’AI MAAAL!!
  • les rendez-vous avec la sage-femme qui vous prescrit des tonnes de crèmes différentes à chaque fois…
  • les visites de la conseillère en allaitement qui vient vous montrer toutes les positions possibles existantes, en insistant bien sur « tous les bébés non-allaités que j’ai suivi cet hiver ont eu la grippe et ont été hospitalisés :  il faut que vous continuer l’allaitement… » Allons-y encore pour une bonne dose de culpabilité!!!
  • les Week-End avec la famille qui vous fait culpabiliser en vous disant que si je n’allaite pas mon bébé je n’aurais aucun lien avec elle…

Malgré tout, ma décision était prise « j’arrête l’allaitement au sein ! »

J’ai donc voulu me tourner vers le « Tire-Allaitement », car je voulais quand même que Gouloumette puisse bénéficier de mes anti-corps.

J’ai voulu chercher conseil auprès de mes divers médecins mais ils ont tous essayé de me décourager : « vous allez perdre votre lait », ou « si vous commencez le tire-allaitement vous ne pourrez plus jamais l’allaiter au sein », etc…

En tout cas [Autrement dit], aucun encouragement à me tourner vers cette voie!

Je me suis finalement lancée toute seule et après différents essais de tire-lait, essais horaires, essais de différents dosage de lait,… J’Y SUIS ENFIN ARRIVÉ!

À mon plus grand bonheur, j’ai pu continuer à allaiter ma fille jusqu’à ses trois mois !

Chose que je n’aurais jamais pu espérer!

Aujourd’hui j’ai voulu re-essayer l’allaitement au sein. Ayant cicatrisée, je voulais retrouver ce contact privilégier avec ma fille.

Ça n’a pas fonctionné tout de suite, mais l’utilisation des bouts de sein en silicone lui ont permis d’effectuer cette transition biberon/sein en douceur.

Malheureusement pour moi, les crevasses sont revenues mais cette fois-ci HORS DE QUESTION que la douleur prenne le dessus. J’ai donc essayé de me faire un soin maison (dont je vous livre les secrets dans un autre article) et MiRaCle : les crevasses cicatrisent !

Ma gouloum a maintenant quatre mois et l’allaitement « naturel » a repris son cours pour son plus grand bonheur (et pour celui de sa maman aussi!)

Aujourd’hui, avec du recul, j’ai pris conscience qu’en tant que maman, nous faisons ce que nous pouvons avec ce que nous avons … Ainsi au cours de notre vie tout ne se passera pas toujours comme nous l’avions prévu…

Chaque moment – dur ou non – que nous vivons avec notre enfant n’est qu’une phase.

Un moment à passer parmi tout plein d’autre moment.

Et même si c’est dur parfois, et bien se remémorer parfois que « Tout  passe » aide à garder les nerfs solide.

Courage à vous, courage à nous !

Laisser un commentaire